Cuisine Ile Maurice

La cuisine mauricienne est une cuisine métissée. Les cartes des restaurants picorent dans les répertoires français, chinois ou indien, et font se côtoyer vindaye de thon et steak-frites, poulet au gingembre et daube de cerf. La cuisine créole reste toutefois fortement marquée par l'Inde : si les produits utilisés et la base riz-cari demeurent, l'utilisation renforcée des épices, le goût pour l'aigre-doux et la place accordée aux produits de la mer donnent à ses plats une coloration originale.

Marmite créole.

Contrairement au cari réunionnais (le plat) qui n'utilise que du safran (curcuma), le cari mauricien use de mélanges : le massalé, dérivé du massala d'Inde du Sud, est particulièrement relevé. Comme à La Réunion, on trouve des caris de viande ou de poisson, mais aussi de nombreux caris de légumes (bringelles, c'est-à-dire aubergines, pommes de terre, chous...) inspirés par la tradition végétarienne hindoue. Spécialité musulmane, le briani (ou byriani) est un plat de riz épicé à la viande ou aux oeufs qu'on trouve partout, dans les gargotes de marché comme dans les grands restaurants. La cuisine est aussi sous influence française et chinoise : ainsi les viandes de cerf en particulier sont-elles souvent préparées en daube et longuement mijotées, tandis que les mines (nouilles chinoises sautées) sont une véritable institution nationale.

Poissons et crustacés.

Beaucoup plus généreux qu'à La Réunion, l'océan offre de nombreuses occasions de se faire plaisir : crabes en bouillon ou en fricassée, ourite (poulpe) et mourgate (calamar) en sauce ou en salade, marlin et tazar (barracuda) fumés, poissons en tranches (thon, dorade coryphène, vivaneau, carangue)... Le fin du fin : les poissons de roche aux noms ravageurs (gueule pavée, vieille rouge), simplement grillés et accompagnés d'un chatini parfumé.

Boissons

Il est prudent de préférer l'eau en bouteille ; la marque produite localement est bon marché et vendue un peu partout.

 

À défaut de jus de fruits frais, ceux qui en auront assez des sodas pourront se rabattre sur un alooda glacé (lait fouetté aromatisé).
Le rhum est moins fort qu'à La Réunion (seulement 40° !), et les spécialités moins nombreuses.